Archives de Tag: purée

Purée ou soupe de courge Butternut (ou Doubeurre)

P1010085

Pour les aliens qui seraient passés à côté de la Butternut, il s’agit d’une jolie courge à la peau beige clair, de forme allongée, et à la chair orange et goûteuse. Son goût de muscade et de châtaigne est surprenant (je le trouve plus prononcé que celui du potimarron, trop amer pour moi) et se marie à merveille avec la châtaigne, donc, mais aussi à la carotte, les noix, les noisettes, la patate douce, les champignons (type girolles par exemple, mmmmh)…

Son goût sucré lui permet de s’intégrer avec brio dans des pâtisseries telles que cakes (remplacer la carotte du carrot-cake par de la courge butternut), muffins, tartes, cupcakes…Comment la choisir : une couleur beige uniforme, pas d’entailles, ni de taches…

Côté santé, on retrouve une grande teneur en béta-carotène, que l’organisme pourra convertir en vitamine A (ou rétinol), anti-oxydant et bénéfique pour la vision (entre autres). Elle contient aussi de la vitamine C et du phosphore. La médecine chinoise lui prête des effets antipyrétiques (fait tomber la fièvre), et diurétique (fait éliminer l’eau).

Comment la conserver : à température ambiante (le frigo la rendrait amère), mais pas non plus à côté du radiateur ! J’ai conservé la mienne un peu plus d’un mois dans un coin de ma cuisine, elle faisait presque partie du décor…

J’ai choisi de faire une purée toute simple, que je vais pouvoir congeler en petites portions, pour ressortir à l’envi et réaliser tartes, gratins, soupes, pâtisseries…

Ingrédients pour une bonne casserole pleine de purée ( 4-5 personnes) :

– 1 belle courge Butternut

– 1 gros oignon émincé grossièrement

– 300-500 lm de lait, selon la consistance voulue (soupe ou purée) (on peut remplacer le lait par de l’eau pour une version plus légère)

– sel, poivre, muscade

– un filet d’huile d’olive

Préparation : 45-50 minutes dont 20 minutes de cuisson

La partie un peu pénible, c’est de peler, enlever les graines et la fibre, et couper la courge : en effet c’est beaucoup plus facile à peler que le potimarron, mais quand même. Ah, on me dit que l’étape « épluchage » relève du jeu d’enfant une fois que la courge est cuite ! Je n’ai jamais essayé, mais vu comme j’ai galéré à l’éplucher, il faudra tenter : couper grossièrement la courge, évider les graines, faire cuire et ensuite, l’éplucher.

Bref, en enlevant le péricarpe (la peau, quoi), on s’évite pas mal d’amertume, après si vous préférez un goût un peu corsé, et si votre courge est bio (pas de produits chimiques dans la peau, donc), il est possible de manger la peau (vous gagnerez aussi en vitamines). Il suffira alors de bien la laver. Une fois la courge pelée et les graines évidées, la couper en gros dés.

Dans un grand faitout, verser un filet d’huile d’olive et couvrir pour faire suer l’oignon à feu doux.

Dès que l’oignon est bien translucide, ajouter les dés de courge dedans. Ajouter le lait : la courge va cuire dans le lait, ce qui va donner une bonne onctuosité à la purée ou la soupe.

Couvrir et laisser mijoter 20 à 30 minutes (une lame de couteau doit pouvoir s’enfoncer facilement dans les morceaux).

Une fois que la courge est bien cuite, je vous conseille de récupérer le lait dans un grand bol, ce qui vous permettra de bien doser la consistance de la préparation. Mixer au mixer-plongeur, au moulin à légumes ou au presse-purée, et ajouter le lait jusqu’à obtention de la bonne texture.

Assaisonner : sel, poivre, muscade.

C’est prêt ! à déguster telle quelle, dans une tarte, un gratin, un cake… Ici c’est mon repas de midi, je l’ai accompagné d’un filet de colin à la poêle tout simple, un repas complet et équilibré (et en plus c’est trop bon!).

P1010088 P1010086

Publicités

purée carottes / pommes de terre au mont d’or

WP_000299

Une petite recette facile et goûteuse comme je les aime !

Pour changer de la sempiternelle purée de pommes de terre sans se casser la tête, j’ai eu envie de tester une variante avec de la carotte. Alors oui, c’est simple, voire simpliste. Mais on ne peut pas toujours faire de la cuisine dressée au cercle, et de toute façon, c’est mon blog, et je fais ce que je veux dessus.

Un accompagnement bien sympathique, rustique, facile, à mettre dans toutes les assiettes des fâchés avec les légumes ! (j’attend de la tester sur mon loup mangeur de pizza…). A marier avec une bonne viande rouge pour un plat complet ambiance « pot-au-feu » régressif.

Les ingrédients pour 2 personnes : 

– 4-5 belles pommes de terre à purée (bintje ou caesar de préférence).

– le même poids de carottes que de PdT (à peu près une demi-botte).

– un gros oignon.

– 2 cuillères à soupe de fromage Mont d’or (ce fromage d’hiver bien coulant que l’on sert à la cuillère à Noël, mmmmmh!) (ou autre fromage type cancoillotte, bref un fromage coulant).

– de l’huile d’olive, un peu de thym, une feuille de laurier séchée, une pincée de cumin et de muscade.

Préparation : 

– Éplucher et émincer grossièrement l’oignon. Le mettre à suer dans un faitout avec un filet d’huile d’olive et couvrir (à peu près 8 à 10 minutes).

– Éplucher et couper en gros morceaux les carottes et les pommes de terre.

– Lorsque l’oignon est bien translucide, ajouter les légumes en morceaux et mouiller à hauteur avec de l’eau froide.

– Préparer le sachet d’herbes : prendre un sachet pour le thé, y mettre une belle pincée de thym et le laurier et le mettre avec les légumes à cuire. Si on a des branches de thym on peut aussi faire un petit bouquet maintenu avec de la ficelle à rôti.

– Couvrir et laisser mijoter jusqu’à ce que la pointe d’un couteau s’enfonce facilement dans les morceaux de légumes (comptez 20 bonnes minutes).

– Préparer la purée : retirer les herbes, et à l’aide d’un mixer-plongeur, d’un presse-purée manuel ou d’un moulin à légumes, réduire les légumes en purée. Ajouter la muscade et le cumin, le fromage, et bien mélanger. Selon votre goût, vous pouvez mélanger jusqu’à obtenir une purée bien lisse, ou décider de laisser des petits morceaux.

– Idée en + : on peut se servir de cette purée pour réaliser une tarte, il suffit de l’étaler sur une pâte brisée préalablement cuite dans un moule (ou pas, selon la qualité de votre four…)  et d’ajouter un peu de mont d’or par-ci par-là sur le dessus. 10 minutes à 180°C et en avant Guingamp !